La règle générale : une femme enceinte accouche par voie basse jusqu’à preuve de contraire !

Le gynécologue obstétricien a recours à la césarienne quand un accouchement par voie basse présente un risque pour la mère et/ou l’enfant.

Toutefois, le taux d’accouchement par césarienne ne cesse d’augmenter ces dernières années. En effet, de nombreuses situations en sont la cause. On peut citer le stress et une hygiène de vie peu équilibrée. De même, certaines maladies, comme le diabète, l’hypertension artérielle et l’obésité peuvent conduire la femme à un accouchement chirurgical.

Qu’est ce qu’un accouchement par césarienne ?

Une césarienne, également connu sous le nom d’accouchement par voie haute, est une intervention chirurgicale visant à extraire un enfant de l’utérus maternel par incision de la paroi abdominale et utérine

C’est une procédure courante qui est utilisée pour accoucher de près d’un tiers des bébés en Tunisie. Les gynécologues-obstétriciens la pratiquent lorsqu’ils pensent qu’elle est plus sûre pour la mère et/ou le bébé.

Déroulement de l’intervention

Lors d’un accouchement par césarienne, le médecin anesthésiste recourt en général à une rachianesthésie. Par la suite, le médecin-obstétricien pratique une incision transversale connue sous le nom de l’incision de Pfannenstiel. Cette incision se situe généralement à deux doigts au-dessus de l’os pubien.

Quand l’accouchement par césarienne est-il nécessaire ?

Plusieurs situations amènent le médecin à pratiquer un accouchement chirurgical. Parfois, une césarienne peut être plus sûre pour vous ou votre bébé qu’un accouchement par voie basse. Ainsi, dans ce cas on parle de la césarienne programmée et elle est pratiquée généralement quand :

Le poids du bébé.

Un poids supérieur à 4,5 KG est l’indication d’une césarienne. En effet, le gynécologue-obstétricien recourt à un accouchement chirurgical quand il juge que le bébé est trop gros par rapport au diamètre du bassin de la mère
Problèmes de placenta.

Certaines complications de l’accouchement sont causées par le placenta. Elles sont en conséquence très dangereuses pour la mère et le bébé. Cela implique une pratique immédiate d’une césarienne.

Cela inclut :

  • Le placenta praevia: le placenta bloque le col de l’utérus. Ainsi, les contractions de l’utérus et l’expansion du col de l’utérus peuvent entraîner des saignements placentaires excessifs.
  • Le placenta accreta : En règle générale, le placenta se détache de la paroi utérine après l’accouchement. Avec le placenta accreta, une partie ou la totalité du placenta reste attachée. Cela peut entraîner une grave perte de sang après l’accouchement.

D’autre part, dans certains cas, le médecin opte pour une césarienne d’urgence. Parmi les indications d’une césarienne d’urgence on peut noter :

Une souffrance fœtale

Un rythme cardiaque fœtale normal pendant le travail est un signe de bien-être fœtal. Votre gynécologue-obstétricien surveille la fréquence cardiaque du fœtus pendant le travail. Le rythme normal varie entre 120 et 160 battements par minute. Si le rythme cardiaque fœtale est anormal signe de souffrance fœtale, votre gynécologue-obstétricien doit :

  • Administrer plus d’oxygène à la mère
  • Changer la position de la mère en décubitus latéral gauche (DLG)

Si le rythme cardiaque ne s’améliore pas, il sera dans l’obligation de faire une extraction fœtale en urgence par césarienne .

Dystocie materno-fœtale

Une telle complication peut survenir lors une discordance entre la présentation fœtale et le bassin obstétrical maternel.

Accouchement par césarienne

Position du fœtus lors de l’accouchement.

La position normale du fœtus lors de la naissance est d’avoir la tête en bas, face au dos de la mère. Parfois, le bébé se présente par le siège avec une tête défléchie ( risque de rétention de la tête dernière) . Cela peut rendre l’accouchement plus difficile, ce qui implique le recours à la césarienne.

Procidence du cordon : descente du cordon en aval de la présentation fœtale due à la rupture des poches des eaux spontanément ou provoquée lors du travail. Cette situation est le synonyme d’une urgence extrême incitant l’extraction fœtale immédiate par césarienne.

Problèmes avec le travail.

Dans le cas où le travail de la femme parturiente ne progresse pas convenablement, le médecin peut pratiquer un accouchement par césarienne d’urgence (échec de la dilatation du col de l’utérus).

Autres indications d’un accouchement par voie haute ( césarienne)

  • Une grossesse multiple par exemple.
  • Une bi-cicatriciel, une tri-cicatriciel ou plus sont l’indication d’un accouchement par voie haute ( un accouchement par voie basse est contre-indiqué dans ces cas)
  • Certaines conditions chez la mère, telles que le diabète, l’hypertension artérielle ou l’infection par le VIH
  • Les plaies d’herpès actives dans le vagin ou le col de l’utérus de la mère

Après accouchement par césarienne : les suites postopératoires

  • Après le retour à la maison, éviter de soulever de charges lourdes ou de faire d’activité physique intense pendant pour permettre à la plaie de guérir sans complications.
  • L’éventuelle conception d’un autre bébé est recommandée 12 mois après la césarienne ( reconnue sous le nom de grossesse sur cicatrice fraîche et qui est à éviter afin de minimiser les risques.
  • Marchez doucement aussi souvent que possible. Le mouvement aidera votre corps à guérir et à prévenir la constipation et les caillots sanguins.
  • Une bonne nutrition est tout aussi importante dans les mois qui suivent l’accouchement que pendant la grossesse.